[Lecture] God Hates Us All de Hank Moody

Posted by

Dans Californication, le personnage principal, Hank Moody (écrivain renommé, accro aux femmes, à l’alcool et aux lettres) signe le best seller God Hates Us All. Indispensable pour tous les fans de la série qui voient ainsi entrer, dans leur réalité, le prolongement de l’univers de Californication..

Introduction

Bijou d’ironie littéraire, God Hates Us All est le roman d’apprentissage d’une génération apathique. Hank Moody, narrateur dégouté de lui-même et néanmoins sympathique, abandonne ses études et devient dealer de drogue malgré lui. Son boss – sorte de pontife en dreadlocks – gère un commerce illégal remarquablement organisé et ingénieux, patronné, entre autres, par un champion de Wall Street, une rock star en herbe et sa petite amie top model. Mais notre héros solitaire aspire à un peu plus que la relation précaire qu’il entretient avec ses clients. Pressé d’échapper aux espoirs que sa mère place en lui, aux vils dérapages de son pères et à une ex officiellement barjot, il emménage dans la Mecque des glandeurs ambitieux : le Chelsea Hotel. La poursuite de la luxure (et de la petite amie de la rock star) lui vaudra des mésaventures qui le ramèneront tout droit à la case départ. Raconté d’une voix unique et subtile, God Hates Us All est terriblement sarcastique, optimiste, et inoubliable.

Encensé par la critique, le best-seller d’Hank Moody, God Hates Us All, a été adapté au cinéma sous le titre A Crazy Little Thing Called Love. Originaire de New York, Moody vit actuellement à Los Angeles où l’ardeur du soleil ne fait qu’exacerber son angoisse de la page blanche. Il a une fille de douze ans, Becca, avec son ex-compagne Karen, et profite de la vie comme elle vient en espérant qu’un jour sa petite famille sera enfin réunie.

L’auteur 

Célèbre écrivain qui a perdu toute inspiration depuis le succès de son dernier livre adapté au cinéma. Hank est aussi le père d’une adolescente de 12 ans, Becca. Dépressif depuis que Karen, sa femme, l’a quitté, c’est en partie pour cela qu’il n’arrive plus à écrire. Moody sombre dans l’alcool, le sexe et la drogue…

Le livre a été écrit par Jonathan Grotenstein

Notre avis

Le début du livre est un peu particulier. C’est assez difficile de s’habituer au style de l’auteur assez cru et peu commun. Les trois premiers chapitres passés, la lecture devient agréable et peut-être même addictive : il devient difficile de lâcher son livre !

En ce qui concerne les personnages, ils ne sont peut être pas suffisamment détaillés (physiquement) mais il est facile de pouvoir se les situer dans l’histoire. L’histoire, quant à elle,  est bonne, simple et bien écrite.

Les chapitres sont relativement courts ce qui aide à la lecture. Les derniers chapitres vont même jusqu’à ne faire que deux ou trois pages. Le livre se lit ainsi vraiment vite. C’est un très bon préambule à la série télévisée Californication.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *