[Lecture] La petite garce dans la prairie de Alison Arngrim

Posted by

Sur la liste du New York Times depuis sa sortie en juillet 2010, Alison Arngrim raconte les sept années durant lesquelles elle a joué le rôle de Nellie Oleson dans la série mondialement connue La Petite Maison dans la prairie.

Alison Arngrim raconte en détail son expérience sur les plateaux de La Petite Maison dans la prairie avec drôlerie, les « dessous » de la série, les liens entre les comédiens, le tournage d’épisodes célèbres, etc. Des commentaires acerbes viennent ponctuer sa narration, des remarques sur la niaiserie de certains personnages, sur les « ficelles » utilisées, etc. Elle raconte sa vie après la série et les combats qu’elle a menés pour les enfants victimes d’inceste et pour les droits des malades du Sida. Car cette facette dorée cache pourtant un drame : l’inceste que son frère lui a fait subir alors qu’elle n’avait que six ans et qui se perpétua durant plusieurs années.

Son histoire ne s’arrête pas à son rôle dans la série, loin de là. Son témoignage aborde : Hollywood et ses enfants stars, la cruauté de ce monde éphémère, l’apparition du sida, l’inceste, la difficulté de faire changer des lois incompréhensibles… Comme l’« incest exception » en vigueur dans une trentaine d’états et qu’elle combat avec l’association PROTEST, les violeurs (que ce soit un parent, un beau parent, un parent adoptif ou un membre de la famille) ne sont pas jugés comme les autres et parfois ne font qu’un jour de prison… Comme elle le dit, il ne s’agit nullement d’une « exception », mais plutôt d’une règle générale car la plupart des enfants victimes de viol sont victimes d’inceste…

Elle raconte comment elle s’est rendue devant un comité sénatorial pour faire abroger cette loi et comment sa demande a été non seulement rejetée, mais accompagnée de remarques du genre : « Personne n’en a rien à foutre que vous ayez été abusée quand vous étiez enfant » ! Alison se sert alors de sa notoriété et se rend à l’émission, ultra célèbre aux États-­?Unis, de Larry King, sur CNN.

Un livre drôle, malgré l’évocation de sujets douloureux.

Alison raconte également que lors de son passage à l’émission Les Enfants de la télé, elle est surprise de constater que les Français, au contraire des Américains, ne détestent pas son personnage, mais l’aiment beaucoup…

Alison Arngrim nous présente de façon presque romancée son autobiographie contenant notamment des moments très difficiles. Elle semble avoir une forte personnalité malgré ce qu’elle prétend dans ses pages. Elle a tendance à ne pas mâcher ses mots et relate les faits comme ils se sont vraisemblablement déroulés sans chercher à embellir la situation…

L’auteur fait souvent référence à des séries télévisées, films, dessins animés, revues ou autres médias des années 60. Alison met également en lumière à de nombreuses reprises les différentes entre les années de son enfance et aujourd’hui.

Le livre présente quelques défauts en terme de mise en page (notamment une « note en bas de page » manquante dans les premières pages ou quelques fautes de frappes) mais le contenu de l’ouvrage est de qualité. Très agréable à lire et très intéressant.

Personnellement, je me suis surpris à lire plusieurs chapitres d’une traite alors que ce type de livre n’est généralement pas spécialement mon genre.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *